En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

LPO Touchard Washington

Historique

1882 : création d'une Ecole Primaire Supérieure et Professionnelle

Par admin touchard-washington, publié le lundi 9 janvier 2017 11:11 - Mis à jour le lundi 9 janvier 2017 11:16

Le 28 août 1882, le conseil municipal de la ville du Mans adopte le projet de création d'une Ecole Primaire Supérieure et professionnelle qui ouvre le 1er février 1883 dans le vieux Mans, rue des fossés Saint Pierre.
Sur un document de présentation de l'école datant de 1883, on peut lire :
"Un comité de patronage a été institué pour veiller aux intérêts matériels de l'école. Il prend les élèves sous son patronage ; il s'occupe de placer les plus méritants à la fin de leurs études. Ce comité est nommé par arrêté ministériel sur proposition du recteur de l'Académie (Caen à l'époque)"

Il comprend 10 membres parmi lesquels :

- Monsieur Léon BOLLÉE, ingénieur ;
- Monsieur Armand CHAPPÉE, maître de forges.

Le personnel enseignant de l'école se compose de 5 professeurs :

- M. ROUSSET – Directeur : Sciences physiques et naturelles ;
- M. GRANVAL : Français, histoire, géographie ;
- M. DHOMMEE : Mathématiques et dessin ;
- M. N.. : Langues vivantes ;
- M. RAIMBAULT : Gymnastique.

Et deux contremaîtres :

- M. BARIL : Atelier d'ajustage et de forge ;
- M. LAMER : Atelier de menuiserie.

Les élèves sont au nombre de 50.

Le document précise également le but de l'école :
" Tout en continuant d'étendre et de fortifier l'instruction des élèves, de former et d'affermir leur caractère, l'école primaire supérieure se propose, comme but pratique, d'abréger la durée de l'apprentissage à l'atelier (sous entendu l'apprentissage dans l'entreprise). Lors de la discussion d'un projet de loi sur les écoles d'apprentissage, le 3 mai 1880, M. CORBON, sénateur, président de la commission chargée de l'examiner, faisait observer que "l'apprentissage n'existe plus nulle part ou à peu près dans les industries françaises, ni dans les industries étrangères. Sauf de très rares exceptions, les grandes industries n'occupent plus d'enfants ou ne les emploient plus qu'à titre de petits hommes de peine, occupés à des spécialités très restreintes et faisant à peu près le travail d'une machine. Mais quant à faire de jeunes ouvriers, quant à croire que les industriels forment des jeunes gens pour en faire des ouvriers qui, plus tard, sont répandus dans leur propre industrie, c'est une erreur, une illusion."……..On doit donc savoir gré au Conseil municipal du Mans d'avoir eu l'intuition très nette du besoin de remplacer l'apprentissage à l'atelier par l'apprentissage à l'école."

Cet établissement devient Ecole Pratique de Commerce et d'Industrie en 1894 mais les locaux devenant trop exigus, l'achat d'un nouveau terrain situé rue Paul Courboulay est décidé en 1897. Les nouveaux bâtiments sont inaugurés en septembre 1899. Ils accueillent 150 élèves : 33 en section commerciale, 117 en section industrielle.
A nouveau, très rapidement, les bâtiments sont insuffisants et durant de longues années, de multiples solutions de transfert sont étudiées sans succès. L'école pratique devient collège technique.